Home conseils Comment courir en côte. Mes 4 conseils pour ne pas galérer…

Comment courir en côte. Mes 4 conseils pour ne pas galérer…

by Michael Gyen
1 comment

Une question pertinente, n’est-il pas ?

Si vous êtes lecteur de ce blog vous savez probablement déjà que les côtes et moi c’est une histoire d’amour. Autant je détestais ça  à mes débuts, autant je les adore à présent. Tant les bénéfices sont importants pour la progression en course à pieds.

Lorsque de nouveaux membres intègrent mon groupe d’entrainement running, c’est une question qui revient souvent.

Comment courir en côte sans arriver au bout de sa vie au sommet?

Je vais donc essayer de vous donner quelques conseils que j’ai pu mettre en pratique.

Conseil n°1 – Ne pas se crisper

J’ai tendance à remarquer que les gens se crispent dès que la pente s’intensifie. Très mauvaise idée car vous avez justement besoin de tout vote faculté respiratoire. Il faut donc rester naturel, ne pas trop se pencher vers l’avant pour ouvrir sa cage thoracique à fond.

Plus facile à dire qu’à faire n’est-ce pas ?

En effet, ce n’est pas évident, et surtout en trail où on est souvent confronté à des pentes au fort pourcentage. Dans ce cas bien précis, le conseil c’est de placer ses mains sur les cuisses pour soulager ses muscles et se mettre la marche. Le rythme cardiaque va par conséquent d’office diminuer ce qui compensera un peu cette compression thoracique.

Conseil n°2 – Courir sur l’avant du pied

Lorsque la pente n’est pas super importante, on peut continuer à courir comme sur le plat. Par contre dès que le pourcentage s’envole, il est préférable de réduire sa foulée et de courir sur l’avant du pied.

C’est ce que je fais, je cours quasi sur la pointe des pieds en faisant des petits pas rapides.

J’appelle ça mon « mode robot », je me concentre uniquement sur ma foulée et mon effort sans me mettre trop vite dans le rouge. C’est super important car au sommet, il faudra être capable de relancer rapidement !

Conseil n°3 – Jouer des bras

courir en côte - profiter du ressort naturelCe conseil rejoint un peu le premier, quand on se crispe, on a tendance à ne pas profiter de ses bras. C’est pourtant bien pratique de jouer du balancier à chaque foulée pour s’aider à monter. Avec ce mouvement de balancier plus le fait de courir sur l’avant du pied, vous allez bénéficier naturellement de l’énergie renvoyée par le sol à chaque foulée. Tel un ressort, vous allez être naturellement poussé vers l’avant.

Conseil n°4 – fixer un point

Là, c’est LE conseil que j’ai du mal à appliquer et pourtant c’est ce qu’il faut faire. J’ai tendance à regarder mes pieds avec mon « mode robot » alors qu’il serait judicieux de regarder vers le sommet.

Fixer un point et le voir se rapprocher petit à petit. Mentalement c’est beaucoup plus pertinent de voir le sommet comme l’objectif à atteindre.

Ou alors, ce que je fais parfois dans les côtes que je connais c’est de me fixer des points intermédiaires : tel arbre correspond au tiers, tel pylône aux 3/4, etc…

Plutôt que de se donner le sommet comme but, on fractionne l’effort à chaque fois pour ne pas se décourager.

Conclusion

Courir en côte demande une grande dépense d’énergie et ce n’est jamais facile lorsqu’on débute surtout. Pourtant, en multipliant les ascensions lors de vos sorties vous allez en tirer un bénéfice extraordinaire. Plus vous faites des côtes, plus vous avez l’impression de voler sur le plat 🙂

N’hésitez pas à commenter cet article et me dire comment vous appréhendez les côtes de votre côté !

Related Articles

1 comment

Avatar
Rohnny 30 janvier 2018 - 6 h 57 min

Merci pour ses bons conseils que je vais essayer d’adopter. Bonne journée à toi Mike.

Reply

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.