Home Divers Bilan 2018

Bilan 2018

by Michael Gyen
0 comment

La malédiction des années « paires »

C’est une constatation depuis que je me suis mis à la course à pied. C’est dingue, mais si on met de côté 2012 qui avait marqué mes débuts dans le monde du running, les années « impaires » étaient les meilleures

Alors que toutes les années « paires » ont été difficiles…

Retour sur le premier trimestre

Un objectif : le Trail des Sauvages fin mars.

L’hiver passé a donc rimé avec préparation pour ce gros objectif : 36km et 1300m D+, ça allait faire mal.  Au mois de janvier, après le traditionnel jogging de l’an neuf, je me suis concentré sur un entraînement de fond. La semaine, sorties avec le club et le WE sortie longue d’au moins 20km

En février et mars, pour compléter cette préparation je me suis inscrit au trail des tiges et Chavées, le trail des moines et l’incontournable HuyFort’trail. Le trail à s’naise d’Andenne et les foulées de Tihange étaient aussi au programme.

Arrivé au jour J, j’étais fin prêt et suis arrivé au bout de ce fameux Trail des Sauvages… Non sans mal tout de même !

Au printemps, premiers contre-temps

En avril, j’ai participé au trail des Idylles à Malmedy. Je l’ai pris un peu à la légère, mais les 1000m de D+ m’ont vite ramenés sur terre avec un belle défaillance sur la fin de course…

En mai, j’ai à nouveau pris part au trail de Liège Métropole, mais je me suis bien explosé la cheville avant l’arrivée à Liège. Avec le recul, je pense que mes petits pépins physiques ont débutés ce jour-là.

Au départ, j’étais super content car je me suis vite remis de cette petite entorse et était au départ du 30km du Grand Trail des Lacs et Châteaux ainsi qu’au célèbre Huy Night Run où j’ai à nouveau battu mon meilleur temps.

J’ai encore participé au Crêtes fallaisiennes, mais peu après, mon tendon d’Achille a commencé à me gêner. Sans m’en rendre compte, j’ai du modifier ma façon de courir suite à la petite entorse.

Eté compliqué

Je n’ai pas levé le pied pour autant !

Pourtant, plus temps avançait et plus la douleur s’intensifiait. Tout d’abord une légère gène, elle s’est transformée en grosse douleur en fin de séance. C’est d’ailleurs à ce moment-là que j’ai commencé à multiplier les sorties vélos pour soulager mon tendon un max.

Fin août, après une grosse sortie avec les potes du club du côté du Château de Jehay, la pièce est tombée. Il fallait absolument que j’arrête et que mon tendon guérisse pour de bon. La mort dans l’âme, j’ai même du renoncer à la rentrée du club.

Avec l’automne, les sensations reviennent peu à peu

1 mois exactement, du 3 septembre au 3 octobre je n’ai plus enfilé mes baskets. Heureusement (enfin… si on veut…) le climat était plus que clément et j’ai pu compenser par des sorties vélos.

Mon retour sur une course s’est déroulée au Trail de l’Orneau mi-octobre. Et je dois dire que j’ai pris beaucoup de plaisir sur cette épreuve que j’ai abordé en mode hyper cool.

L’année s’est donc bien terminée finalement avec les côtes du Dragon en Novembre, la triplette de Solwaster, la belle hivernoise et le jogging des templiers en décembre.

Le bilan en chiffre

Distance1 451,7 km
Temps153h 29min
Dénivelé positif24 812 m
Courses à pied125

C’est moins qu’en 2017, logique. Mais si j’ajoute les 59 sorties « vélo », ce n’est tout de même pas si mal 🙂 . il suffit de regarder la vidéo Strava pour s’en convaincre

Mon Top 5 en 2018

  1. Le trail des idylles. J’ai galéré sur la fin, mais c’était probablement le plus beau trail que j’aie jamais couru.
  2. Le Trail des Sauvages: objectif atteint sur un TOP parcours
  3. La triplette de Solwaster. Un « vrai » trail ardennais avec une super équipe
  4. HuyFor’trail… ben oui obligé 🙂
  5. Le Huy Night Run. J’adore ce jogging

Et pour 2019:

Une année « impaire », ça devrait donc le faire.

Pour dire la vérité, je ne me suis pas encore fixé d’objectifs précis. L’année démarrera de toute façon en mode très cool au niveau course. En février, je devrais m’inscrire à un trail et je serai d’office de la partie au HuyFor’trail le 10 mars (21km cette année…)

Une chose est certaine, c’est que je vais régulièrement faire du vélo le WE pour remplacer une sortie running. Les années filent et rien à faire, les petites douleurs ça et là apparaissent de plus en plus régulièrement. Avec le vélo, je travaille mon endurance fondamentale et effectue des sorties souvent plus longue.

Tout benef donc.

Related Articles

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.